Si je suis fière de tous les champagnes que je propose sur Plus de Bulles, et si tous ont été validés par notre Chef-Sommelier, Patrick Borras, il y a des cuvées pour lesquelles j’ai eu un coup de cœur. Des petites pépites dont la dégustation m’a particulièrement marquée. Ce n’est pas une sélection absolue, ni même un classement, ce sont simplement 3 cuvées que j’ai aimé à un instant donné. Il est d’ailleurs étonnant comme une même cuvée (et au-delà même de son vieillissement et sa conservation) peut apparaître sous des jours très différents selon le lieu et le moment où on la déguste. 


Churchill Pol Roger

Je vais commencer par la cuvée Churchill 1998 de la maison Pol Roger. Un champagne haut de gamme, mais qui offre un pur moment de plaisir. J’ai eu la chance de déguster cette cuvée en compagnie de Christian Pol Roger et de quelques amis. Il nous présenté cette cuvée, fait découvrir ses nuances et ses subtilités et ses secrets que seul un service et une température parfaite peuvent dévoiler. Ce qui m’a le plus soufflé dans cette cuvée de prestige de la maison Pol Roger, c’est le palais. Non pas que le nez fut décevant, mais peut-être moins remarquable. Par contre en bouche, quel plaisir, quelle finesse. Des arômes de citron confits, mêlés à des notes plus vineuses, mais une fraicheur qui ne s’estompe jamais. En fin de bouche, on perçoit des notes boisées, voir tannées. La finale est magnifique, très longue, avec une légère touche de salinité. Magique !


Vintage Dom Pérignon

Seconde cuvée de ce panthéon très personnel, le Vintage 2002 Dom Pérignon. Sans réellement partir avec un à priori sur cette cuvée, j’avais en tête un souvenir mitigé d’une dégustation de Dom Pérignon. Mitigée, entendons-nous, compte tenu du prix ! Depuis, j’avoue que quitte à investir une somme à 3 chiffres dans une bouteille, je me tourne plus volontiers vers d’autres maisons. Donc ce Vintage 2002 ne partait pas en terrain conquis, c’est le moins que l’on puisse dire. Ce fut tout simplement chez moi, entourée de quelques amis que j’ai ouvert cette bouteille. Et quel ne fut pas l’agréable surprise qui nous attendait. Un nez complexe et riche de notes gourmandes, de fruits secs, de brioche grillée, mais aussi une pointe fumée très agréable. Un bonheur qui s’est poursuivi en bouche, avec une massivité en bouche qui contrairement à ce que l’on pourrait craindre est plutôt agréable. Cette forte présence, cette densité, permet de souligner les traits du Dom Pérignon 2002, et notamment sa matière, sa suavité. La bouche démarre sur le fruit, et s’achève longuement dans une légère amertume et une touche de venaison. Très grand !


La Grande Réserve Gosset

Beaucoup plus abordable que les deux premiers champagnes cités, la Grande Réserve du champagne Gosset . Il faut tout de même que je précise que cette cuvée fut goûtée en magnum, ce qui n’est pas neutre. On dit souvent en Champagne que le magnum est le meilleur contenant pour le développement et l’épanouissement des vins. Avec celui-ci j’ai pu le vérifier ! Mais quoi qu’il en soit un magnum de Grande Réserve Gosset reste toujours moins cher qu’une bouteille de Dom Pérignon ou de Churchill. Ce qui ma le plus marqué dans cette cuvée, c’est la bouche, crémeuse, structurée, ample, avec une touche de vinosité, du fruit, mais aussi de la gourmandise. Une bouche riche, soyeuse, enthousiaste. Le nez est pas mal non plus, même si il m’a moins marqué. Je me souviens toutefois de sa complexité, et de son côté floral assez prononcé. A mon sens la Grande Réserve, et plus largement les cuvées de la maison Gosset ne sont pas assez reconnues pour leurs nombreuses qualités. Un vrai gros coup de cœur.

En détail