L'histoire de la Maison Ruppert-Leroy en détails | Plus de Bulles

Il y a des destins qui semblent écris. C’est le cas pour Bénédicte Ruppert et Emmanuel Leroy. Tous deux étaient professeurs de sport au sein de l’éducation nationale, mais de tentations en occasions, ils décident de répondre à l’appel de la vigne quand en 2009 la possibilité de reprendre le domaine des parents de Bénédicte. Le domaine de 4 hectares est situé à Essoyes dans la Côte des Bar.


En symbiose avec la nature


Vivant sur une ferme, en pleine campagne, et entourés d’animaux, c’est très naturellement que Bénédicte s’est intéressée à la biodynamie. En 2010, elle fait la rencontre de Pierre Masson, éminent spécialiste du sujet. Très vite, les principes de la biodynamie sont appliqués. Et cela débute avec l’utilisation de compost produit par les animaux de la ferme pour la confection de préparat mis dans des cornes qu'ils enterrent autour des vignes. L’ecosystème même de la vigne est stimulé avec des vignes enherbées avec plus de 35 espèces de semis plantées. 


En symbiose avec la nature


Ils le clament haut et fort, pour eux l’essentiel du travail se fait à la vigne. Une fois des raisins beaux et mûrs obtenus, la vinfication est faite de la façon la plus naturelle possible, avec presqu’aucune intervention. Chaque parcelle est vinifiée à part, chaque millésime isolé. L’objectif est de retranscrire le plus fidèlement possible la singularité du terroir. Les vins sont tous natures, sans aucun dosage. 


Des champagnes vineux


Une approche qui a un seul objectif, faire des jolis vins. Et ils tiennent à ce mot vin, car le champagne est avant tout un vin. Leurs cuvées sont d’ailleurs plutôt vineuses, expressives et puissantes. Des champagnes qui trouvent place sans hésitation aux côtés de plats gastronomiques.