L'histoire de la Maison Françoise Bedel en détails | Plus de Bulles


C’est en 1957 que début l’histoire du champagne Bedel. Fernand et Marie-Louise Bedel lance cette année-là leur domaine à Crouttes-sur-Marne. Sans formation œnologique, ils apprennent en faisant et élabore des cuvées qu’ils vendent surtout à une clientèle de passage, parisienne et belge essentiellement.


Le pari réussi de Françoise Bedel


En 1976, leur fille Françoise prend la tête du domaine. Mais c’est en 1982 qu’elle va prendre un virage déterminant pour le domaine. Elle fait la rencontre de Robert Winer, un homéopathe qui va la convertir aux bienfaits de cette médecine douce. Par ricochet, Françoise Bedel s’intéresse à la biodynamie et rencontre au fil du temps des personnalités clefs de cette pratique alors balbutiante en Champagne. Elle fait ainsi la connaissance de Marc Kreydenweiss et Anne-Claude Leflaive, et sur leurs conseils, en 1999, elle convertit la totalité du domaine en biodynamie.

Un choix qui divise le monde viticole à l’époque et qui surprend sa clientèle, notamment à cause de l’inévitable hausse des prix.


Le Pinot Meunier, cépage roi


Mais en parallèle les retours des sommeliers et de la presse professionnelle sont excellents. Et les ventes suivent. Ses champagnes Bio se retrouvent sur les belles tables étoilées, et chez les meilleurs cavistes.

En 2003, son fils Vincent Desaubeau rejoint sa mère sur le domaine de 8, 40 hectares. Il apporte une vision encore plus pointue du vin. Les vinifications deviennent de plus en plus précises. Il exploite les typicités des 4 terroirs du domaine (Crouttes-Sur-Marne, Nanteuil-Sur-Marne, Charly-Sur-Marne, et Villiers-Saint-Denis) pour faire des cuvées puissantes et longues. Le Pinot Meunier domine largement l’encépagement (78%), complété par le Chardonnay (13%) et le Pinot Noir (9%).