Que valent les distinction décernées à certaines cuvées ?

On ne dénombre plus les concours de dégustation qui essaiment à travers la France et à travers le monde. Difficile pour une cuvée de ne pas décrocher à un moment ou un autre une médaille ou une distinction ! Mais bien entendu, toutes les récompenses n’ont pas la même valeur et la même signification. Alors avant de choisir votre champagne, voici ce que vous devez savoir.

Les Vinalies

Organisé par l’Union des Œnologues de France, ce concours se distingue essentiellement par ses dégustateurs : tous sont des œnologues. De cette spécificité, les Vinalies tirent leur légitimité. Les vins sont dégustés et jugés région par région. Trois récompenses sont décernées :

- Grand Prix d’Excellence
- Prix d’Excellence
- Prix des Vinalies.

Pour conserver une certaine crédibilité, le comité de dégustation ne peut récompenser plus de 30 % des vins présentés, comme le prévoit la législation française. Les lauréats peuvent orner les cuvées récompensés avec le macaron des Vinalies durant 1 an.

Il existe une déclinaison internationales des Vinalies, organisées également par l’Union des Œnologues de France. Ce concours, qui se déroule chaque année à Paris, s’intéresse à tous les vins du monde. Plus de 100 dégustateurs jugent ainsi les 3000 échantillons soumis à leur expertise. Dans chaque catégorie (vin rouge sec, vin rosé sec, vin effervescent…) un Trophée des Vinalies Internationales est décerné à la meilleure cuvée. Ensuite les vins remarquables reçoivent une Vinalies d’or ou une Vinalies d’argent.

Si on ne peut remettre en cause le sérieux des Vinalies, il faut admettre que ce concours souffre d’un manque certain de notoriété et de lisibilité auprès du grand public.

Le concours du Meilleur chardonnay du monde

Bien que méconnu du grand public, la Confrontation Internationale des Meilleurs Chardonnays du Monde existe pourtant depuis 1993. Imaginée pour valoriser le cépage chardonnay et pour mettre en valeur les meilleures production du monde, ce concours se déroule chaque année au Château des Ravatys. Ce concours est aussi l’occasion pour les organisateurs de réaliser une œnothèque des chardonnays du monde entier. Jugés sur leurs qualités visuelles et aromatiques, les vins sont divisés entre effervescent et tranquilles. En fonction de la note décernée par le comité de dégustation, les vins reçoivent la Grande Médaille d’Or ou une médaille d’or, d’argent ou de bronze. Au maximum 1/3 des vins peuvent êtres récompensés, limite imposée par la loi.

Les autres concours

Parmi la pléthore de concours de vins, on trouve bien entendu le Concours Général Agricole de Paris, mais aussi tout un tas de manifestations régionales voir locales dont les règles et les exigences sont généralement floues… et faibles. Il existe aussi toutes une collection, toujours plus grande, de concours à la notoriété faible. Mondial du Rosé, Concours des Féminalises, Effervescents du Monde… Une profusion d’évènements plus ou moins sérieux, dont la raison d’être est avant tout financière. Car pour participer à ces concours les vignerons doivent souvent mettre la main à la poche (180€ par échantillons pour Chardonnay du Monde et Effervescents du monde, deux concours organisés par la même société, 100€ par échantillon présenté (tarif légèrement dégressif) au Concours Général Agricole de Paris…). Les vignerons primés repassent d’ailleurs à la caisse si il souhaitent que leur bouteilles arborent les médailles obtenues. Comptez de 14,50 € les 1 000 médailles autocollantes au Concours général agricole de Paris à 110 € les 1 000 pour le concours Chardonnay du Monde ! Plus les producteurs sont nombreux à participer et plus il y a de vins récompensés, plus les organisateurs augmentent leur chiffre d’affaires. D’ailleurs la loi encadre un peu ces concours qui avaient une fâcheuse tendance à récompensés la plupart des participants. Légalement un concours ne peut distinguer plus d’un tiers des produits présentés. Barrière haute que beaucoup de concours atteignent sans vergogne.

Des conditions de dégustation souvent difficiles Malgré ces tarifs que l’on pourrait juger prohibitifs, les vignerons sont nombreux à présenter leurs vins à ces concours car une médaille est l’assurance pour eux de gonfler sensiblement leurs ventes. Entre deux bouteilles, un consommateur un peu néophyte choisira très souvent celle qui est décorée. Pourtant il y aurait beaucoup à dire sur l’exigence de ces concours pour lesquels les jurés sont parfois de simples amateurs de vins. D’autant plus que les conditions de la dégustation ne facilitent généralement pas le travail des membres du jury. Souvent les vins sont dégustés une seule et unique fois, au cours d’une même matinée.

La médaille de bronze ne fait pas assez vendre

Dernière astuce des organisateurs pour valoriser au mieux leurs breloques : faire disparaître le bronze. En effet, ils opèrent une sorte de montée en gamme, en créant une super médaille baptisé Prix d’excellence ou Grande médaille d’or qui se place comme la plus haute récompense. Vient ensuite la médaille d’or, puis sur la troisième marche du podium la médaille d’argent. Exit la médaille de bronze trop peu valorisante…

Devant cette explosion des concours et des médailles, la Répression des fraudes a diligenté une enquête en 2007 afin de vérifier que les bouteilles présentées correspondaient bien aux vins vendus. Et la conclusion fut édifiante : 20 % des vins contrôlés n’étaient pas les mêmes que ceux présentés aux concours… Mieux vaut vous fier à votre palais qu'à ces médailles pour choisir un champagne !

En détail