Accueil » Interview » A la découverte des bulles avec Julien Zika

INTERVIEW

A la découverte des bulles avec Julien Zika

par Marie | 1 Fév 2013 | 0 commentaires

Julien Zika est un fervent amateur de Champagne, arpentant le vignoble depuis des années à la découverte des producteurs les plus talentueux. Après son Webjournal du Champagne, il vient de lancer son Guide des Vins de Champagne, un guide online riche, dense et plein de belles rencontres.

– Comment est née cette passion du champagne ?

Elle est née avec la dégustation d’un très beau Champagne, un blanc de noirs signé Egly-Ouriet, dont l’intensité et la profondeur m’ont époustouflé, ce qui a attisé ma curiosité. J’ai alors beaucoup lu sur le vignoble et fréquenté assidûment le bar à Champagne Le Dokhan’s, à Paris. Cela a été la meilleure école avec, chaque semaine, un vigneron à l’honneur au travers de la dégustation de trois de ses champagnes. Je me souviens qu’avant chaque dégustation, je faisais des recherches sur le producteur et les vins que j’allais déguster. Dans le même temps, j’ai commencé à multiplier les séjours dans la région, à arpenter le vignoble à la découverte des producteurs et de la grande diversité des vins de Champagne.

– Pourquoi ce vignoble plutôt qu’un autre ?

A vrai dire, je ne l’ai pas choisi. Il s’est imposé à moi. J’ai toujours aimé le Champagne, avant même d’aimer les vins des autres régions. C’est un vin à la fois magique et unique. Il est d’abord le seul vin qui donne toujours l’impression de fêter quelque chose. Il est le vin des grandes occasions, comme des plus petites. Il est pétillant, joyeux, convivial… Il est un vin de fête, de célébration, mais il est en même temps un grand vin de gastronomie. C’est d’ailleurs l’un des rares vins qui puisse accompagner tout un repas, de l’entrée jusqu’au dessert, en passant par le fromage.

– Comment est née l’envie de réaliser un guide ?

Lors de mes séjours dans la région, j’avais pris l’habitude de noter tout ce que j’apprenais des vignerons, pour pouvoir me souvenir de chaque détail. J’avais une grande soif de connaissance. Je voulais comprendre les tenants et les aboutissants de l’élaboration du Champagne et cerner le message que le vigneron avait souhaité faire passer dans ses vins. Chaque fois que je rentrais chez moi, je noircissais des cahiers entiers. J’ai alors eu envie de partager ce que j’avais appris des producteurs, être une sorte de relais entre ces derniers et les consommateurs. Cela a commencé avec Le Web Journal du Champagne, un magazine en ligne. Cela s’est poursuivi avec ce guide.

– Qu’est-ce qui différencie ton guide des autres guides, du plus généraliste comme Hachette au plus pointu comme Richard Julhin ?

Exemple de fiche de présentation d’un champagne. Ici la cuvée Terroirs de Pascal Agrapart.

Avec ce guide, j’invite à un voyage à la découverte des beaux producteurs de la région. Alors que la plupart des guides les présente en quelques lignes, j’ai décidé de leur consacrer un article détaillé (histoire, vignoble, vinification…) et illustré de photos. Ils sont les artisans du Champagne, il était pour moi essentiel de relater leur travail afin de mieux comprendre leurs vins. J’ai ainsi personnellement rendu visite à chacun d’eux.
Le support web me permet également d’illustrer chaque commentaire de dégustation de la photo de la bouteille et des caractéristiques techniques du champagne (cépages, crus, âge des vignes, vinification, date de dégorgement, dosage…), sans limite de nombre. Il permet aussi d’avoir un guide évolutif, qui s’enrichit de nouveaux producteurs au gré de mes visites en Champagne, comme de nouvelles cuvées au fil de mes dégustations.

– Comment se déroulent les rencontres et les dégustations avec les producteurs ?

Ces rencontres sont toujours de grands moments d’échange et de partage. Comme je n’aime pas être pressé par le temps, je ne vois que rarement plus de deux producteurs par jour. Nous discutons de l’histoire et des évolutions du domaine dans le temps, je découvre les installations et les caves, mais nous allons aussi souvent dans les vignes. Suivant la période de l’année, la dégustation des champagnes est précédée des vins clairs, ce qui est toujours très intéressant.
Je me rends aussi fréquemment dans le vignoble de l’Aube. En dix ans, il y a eu une véritable révolution avec l’arrivée de très beaux vignerons qui sont devenus les fers de lance de la région. Je pense à Emmanuel Lassaigne (Champagne Jacques Lassaigne), Bertrand Gautherot (Champagne Vouette & Sorbée) ou encore Cédric Bouchard (Champagne Rose de Jeanne). La maison Drappier en est également un très beau représentant, avec des vins toujours de grande qualité.

Chaque fiche de producteur est illustrées par plusieurs photos prises par Julien Zika lors de ses rencontres.

– Que penses-tu de l’émergence d’une nouvelle génération de vignerons qui vinifie de façon sensiblement différente de la génération précédente ?

C’est évidemment pour moi une très bonne chose. On voit apparaître des vins d’identité, plus précis et qui racontent une histoire. On assiste à l’arrivée d’une génération de jeunes vignerons passionnés, qui cherchent par tous les moyens à faire les meilleurs champagnes et sont pour cela en perpétuelle réflexion. Ils cherchent à trouver les méthodes de vinification qui vont valoriser au mieux leur terroir, quelle que soit sa réputation. Ils sont poussés aussi à faire plus attention au travail de la vigne, conscients qu’elle donne la matière première du vin et qu’il est donc essentiel d’en prendre le plus grand soin. De ce point de vue là aussi, la Champagne a fait un grand pas et, j’en suis sûr, sera bientôt montrée en exemple.

– Quels sont selon toi les 3 vignerons à découvrir maintenant avant qu’ils ne soient trop connus ?

Il y a Jérôme Coessens, un jeune vigneron de l’Aube qui produit des champagnes de très grande qualité à partir d’un cépage (le Pinot noir) et d’une parcelle (le lieu-dit « Largillier », à Ville-sur-Arce). On doit également découvrir le domaine R. Pouillon et Fils, à Mareuil-sur-Aÿ, géré par Elodie et Fabrice Pouillon. Les champagnes sont délicieux et gagnent chaque année en précision. Je citerai enfin le domaine André Jacquart, à Vertus (à ne pas confondre avec la coopérative). La nouvelle génération a repris les rênes en 2004 et propose une gamme de champagnes issus exclusivement de Chardonnay de Vertus et/ou du Mesnil-sur-Oger, vinifiés en fûts de chêne, sans fermentation malolactique et faiblement dosés.

– Quelles sont tes 3 cuvées coups de cœur ?

C’est la question la plus difficile qu’on puisse poser à un amoureux de Champagne, car mes coups de cœur sont nombreux. Parmi la sélection « Plus de bulles » et dans des gammes différentes, je dirai la cuvée Origin’Elle de Françoise Bedel, le millésime 2008 de Savart et la cuvée Les Chétillons du domaine Pierre Péters. S’agissant des grandes maisons, je sélectionnerai le Brut Réserve de Charles Heidsieck, la cuvée Millésime Exception de Drappier et le Rosé Millésimé de Pol Roger.
Mais la Champagne produit également de beaux vins tranquilles, qui ont d’ailleurs fait la réputation de la région avant la naissance de l’effervescence. Le Coteaux Champenois rouge du domaine Larmandier-Bernier en est une référence.

Guide des Vins de Champagne Julien Zika (abonnement annuel de 39,90€)

Contactez-nous

Conseils sur mesure
du lundi au vendredi

Livraison 24h

A partir de 7,99 € en France
et 12,99 € en Europe

Livraison en Relais Colis
offerte dès 180 €

Voir les frais de port

Paiement sécurisé

Carte Visa et MasterCard
Virement bancaire

NOUVEAU
Enregistrez votre carte bancaire
pour des achats en un clic !