Blogueurs, les nouveaux faiseurs de tendance ?


Les blogs ont totalement révolutionné la prise de parole et le partage d’opinions sur Internet. D’un journal de bord personnel, le blog est vite devenu un média à part entière, qui entre de bonnes mains pouvait devenir une redoutable tribune. Quelques blogs faisant même des audiences à faire pâlir certains sites de médias traditionnels. Et la rançon de la gloire ne fut pas longue à venir. Les principaux blogueurs, les influents, se sont vite vu inclus dans les carnets d’adresses bien garnis des agences de communication et des attachées de presse. De fait la fraîcheur et l’indépendance de certains blogs ont sacrement souffert de ce rapprochement, tentant il faut l’admettre, avec les instances officielles de la communication vinicole. Aux même causes les mêmes effets ? Les vivifiants blogueurs se sont-ils transformés en messagers du communiqué de presse ? Une certaine « starification » a-t-elle eu raison de leur bonne volonté ? Faut-il suivre leur conseil au moment de choisir son champagne ?


Pourquoi tu blogues ?


Porté aux pinacles par les agences de presse ravie de trouver là une armée de petits blogueurs bien plus dociles que leurs comparses journalistes, et bien plus enjoués à l’idée de remâcher un communiqué de presse, la blogosphère s’est un peu affadie au fil des années (mois ?). Quelques blogs se sont fait les alliés trop zellés des attachées de presse, plutot que d'aider leurs lecteurs à choisir le bon champagne et le bon vin. Certains blogueurs étant même récupérés et hébergés par de grands médias traditionnels trop heureux de s’offrir à bon compte une audience et une image branchée. La bonne question à se poser est finalement pourquoi ils bloguent ces blogueurs ? Par passion, c’est entendu, et c’est heureusement souvent à la base de leur engagement. Quoi que certains bloguent pour des raisons uniquement professionnels (personnal branding, création de notoriété pour sa marque, liens…), ce qui a le mérite d’expliquer le pourquoi du comment et d’être clair. Car pour durer la passion ne suffit pas toujours et certains ne trouvent pas leur compte à travailler uniquement pour la gloire alors un petit voyage de presse ici, un cadeau là et l’article paraît moins douloureux à rédiger.


Blogueur, un journaliste moins cher ?


Et si finalement les blogueurs étaient encore moins indépendants que les journalistes ? Ces derniers, habitués à la pommade communicante, y sont (un peu) moins réceptifs, et ils sont tenus par une charte éthique, et (souvent) par un employeur qui exige d’eux une rigueur professionnel qui commence par ne pas servir la soupe aux marques (et quand même qu’il s’agisse d’annonceurs). Evitons de jeter le bébé avec l’eau du bain, il existe d’excellents blogueur, indépendant, à la plus sûre et acérée quand cela est nécessaire. Parmi les signatures 2.0 ont peut évoquer notamment Nicolas de Rouyn, Olif,Emmanuel Delmas, Vinsurvin ou encore Jacques Berthomeau.

En détail